19 mars 2012

Gâteau basque d'Itxassou

Gâteau basque
On ne connaît pas l'origine du gâteau basque : il était certainement fabriqué avec une pâte à pain, et cuit dans un fournil, avant que la pâte beurrée et sablée soit mise au point dans une pâtisserie. Il conquit sa renommée lors du développement du tourisme balnéaire sur la côte basque à la fin du XIXème siècle. Et il était fourré de confiture de cerises provenant d'Ixtassou, village réputé pour sa production de cerises noires.

Ingrédients :

- 300 g de farine
- 100 g de sucre
- 1 oeuf ; 3 jaunes d'oeuf
- 150 g de beurre + beurre pour le moule
- 1/2 sachet de levure chimique
- 1 zeste de citron
- 250 g de confiture de cerises d'Itxassou
- 1 pincée de sel

Recette :

1. Mélangez la farine, le sucre, la levure, le sel et le zeste de citron haché.

2. Incorporez peu à peu l'oeuf, puis les jaunes (sauf une moitié de jaune d'oeuf à réserver), puis le beurre ramolli et coupé en petits morceaux. Laissez reposer cette pâte pendant 1 heure au frais.

3. Beurrez généreusement un moule à charnière ou à manqué (de 20 cm de diamètre par exemple, comme le mien). Prélevez les deux-tiers de la pate, applatissez-la légèrement. Placez-la dans le moule et appuyez dessus avec les mains pour bien l'étaler dans le moule, en faisant remonter légèrement les bords. Etalez-dessus la confiture de cerises.

4. Aplatissez la pâte restante au rouleau à pâtisserie en lui donnant la forme du cercle du moule. Placez-la sur la confiture, et soudez les bords.

5. Dorez la pâte avec le reste du jaune d'oeuf délayé dans un peu d'eau. Dessinez des motifs à l'aide des dents d'une fourchette.

6. Enfournez le gâteau dans un four préchauffé à 200°C pendant 20 min, puis baissez la température à 180°C pendant encore 20 min.

7. Laissez refroidir 10 min avant de démouler.

Conseils : A conserver enveloppé d'un linge ou d'un papier d'aluminium.

Gâteau basque

 
Gâteau basque


Source : L'inventaire du patrimoine culinaire de la France, Aquitaine : produits du terroir et recettes traditionnelles, Albin Michel, CNAC, 1997.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire